Ateliers

ATELIERS HEBDOMADAIRES

ATELIER GARANCE (Caudéran)

Ateliers Dessin et Peinture tous niveaux pour enfants et adultes

atelier arts plastiques Bordeaux, dessin, peinture, julie blaquié, atelier garanceInformations et réservation :
Tél. : 06 06 51 26 53
Email : lateliergarance[at]gmail.com
Site : http://ateliergarance.jimdo.com
Atelier GARANCE
71 rue Famatina
33200 Bordeaux (Caudéran)

ATELIERS PONCTUELS

ATELIER LE CITRON : PORTRAIT & CARNET DE VOYAGE

ATELIER PORTRAIT

Le matériel de base est fourni : fusain, sanguine, gomme mie de pain, papier
Débutants : je peux vous prêter de l’aquarelle pour que vous testiez son utilisation

atelier dessin portrait bordeauxATELIER CARNET DE VOYAGE

Dessiner en extérieur tout en (re)découvrant une partie de Bordeaux ou des alentours.

Matériel
Carnet de croquis A5 papier lisse, minimum 180g
Carnet A4, papier 90g pour essais
Crayon à papier, gomme
Aquarelle, pinceau, chiffon, godet
Stylo noir
Tabouret

Si vous êtes intéressés, contactez-moi pour convenir d’une date ensemble.
Groupe : minimum 3 participants, maximum 6. Tous niveaux, à partir de 10 ans.
Tarif : 20€ les 2 heures par personne

atelier carnet de voyage bordeaux, dessin en extérieurInformations et réservation :
Tél. : 0641671297
Sitehttp://atelierlecitron.com/
Email : atelierlecitron33[at]gmail.com
Lieu : Bar O’Plafond, 14 rue St Vincent de Paul (gare St Jean)

Articles récents

Bénédicte Chevallereau

Nous avons rencontré Bénédicte dans la cuisine de son appartement, rue Roger Mirassou, un lieu calme et ensoleillé. Au-dessus du frigo un renard empaillé trône, c’est celui de son colocataire… D’ailleurs la déco ce n’est pas son fort, elle aime les plantes et la botanique, mais elle a du mal à investir les lieux, toujours sur les routes, un peu nomade. Bénédicte nous offre un thé, dans des jolies tasses trouvées dans la rue.

la grosse situation, Julie Blaquié illustration Bordeaux, Caroline Cochet

Après avoir étudié aux Beaux-Arts de Bordeaux, Bénédicte fait maintenant partie d’un collectif de théâtre « La grosse situation » qui propose depuis plusieurs mois un Voyage Extraordinaire qui interroge ce que c’est d’être un(e) aventurier(e) aujourd’hui. Elles sont trois femmes : Alice Fahrenkrug, Cécile Delhommeau et Bénédicte Chevallereau ; pour écrire ce spectacle, elles se sont immergées dans une série d’aventures comme aller sur un bateau de pêche ou marcher une semaine le long de l’A65 avant son ouverture, ou encore aller au cœur du piton de la fournaise à la Réunion. Au final c’est une collection de huit expériences que chacune a vécu à sa manière dans lesquelles la troupe entraîne les spectateurs. Quand on lui demande si elle est une aventurière, Bénédicte répond : « J’ai vécu une grande aventure… celle de quitter la ferme familiale en Vendée pour venir à Bordeaux. »

la grosse situation, Julie Blaquié illustration Bordeaux, Caroline CochetLe prochain spectacle s’appellera France Profonde, il sera joué du 10 au 14 Avril à la Vacherie de Blanquefort. France Profonde questionne ce qui se passe aujourd’hui sur une parcelle agricole. Ces spectacles mettent du temps pour s’écrire, près de trois ans pour France Profonde et pas loin de 4 ans pour le Voyage Extraordinaire. En contrepartie, les spectacles tournent longtemps, a travers un maillage de lieux dans toute la France y compris dans des régions rurales que l’on croit (à tort) désertées par la culture. L’idée c’est de mettre le public en situation, de le questionner à la fois sur les codes du théâtre, mais aussi sur notre société et son fonctionnement. La participation du public est essentielle.

« On s’en fout du décor et de la lumière, le plus important pour nous c’est de transmettre l’émotion, et si on peut juste à un moment incarner un personnage qu’on a rencontré et faire comprendre qui il est, on a gagné. »

la grosse situation, Julie Blaquié illustration Bordeaux, Caroline Cochet

Cet automne, le collectif a organisé une randonnée toute une nuit sur la rive droite bordelaise dans le cadre de Panorama. 80 personnes ont randonné avec elles. A un moment, on s’arrête dans un bivouac étonnant, sur un promontoire avec une vue sur tout Bordeaux et en dessous des moutons, un cheval et des papis portugais qui vivent là depuis toujours. Au petit matin, la troupe redescend dans la citée Beausite pour aller à la rencontre de Saïd qui anime une salle de boxe, un lieu décrépi en rez-de-chaussée, qui s’appelle « de l’Ombre à la Lumière ». Il y a des mamans, il y a des enfants, il y a des jeunes et des champions de France de Boxe, des adolescentes qui découvrent leurs corps et Saïd s’occupe de tout ce petit monde. Il aide tous ces gens à trouver un projet de vie, grâce à la boxe. C’est pour ce genre de rencontres et faire découvrir ces personnages que Bénédicte aime son travail.

la grosse situation, Julie Blaquié illustration Bordeaux, Caroline Cochet« On crée des spectacles qui posent des questions.
On fait ça, pour assouvir notre curiosité.»

Dans leur écriture, Bénédicte et ses acolytes ne cherchent pas spécialement à rentrer dans les codes ni à les casser. Par exemple, il n’y a pas de noms de personnages, chacun s’appelle par son nom et parle au public comme on se parle là. Le financement des spectacles se fait sur la durée dans un engagement réciproque des institutions qui soutiennent le projet. Le financement ce n’est pas seulement trouver de l’argent, mais c’est aussi trouver des terrains de jeu, organiser les recherches et le travail de terrain préparatoire. Bénédicte adore son travail, mais elle admet qu’il prend toute la place dans sa vie. D’ailleurs elle qualifie sa relation avec ses deux co-auteurs de « relation de trouple ». Elles sont très mobiles, en voyage elles trouvent des moments pour faire le travail de bureau. La trouple assume même sa volonté de ne s’implanter nulle part et de toujours se faire bousculer. Finalement Bénédicte admet que cette situation correspond aussi au mode de vie de son enfance : s’adapter, ne jamais vraiment se poser. « Les paysans il marchent aux subventions, ils sont dans l’action tout le temps. » Quand le temps des vacances est venu, elles partent loin de tout, au calme, au fin fond de la Creuse, se reposer.

« J’écris comme je parle ».

Julie Blaquié illustration Bordeaux

Bénédicte nous parle aussi de sa passion pour les plantes et de la formation de phytologue herboriste qu’elle a suivi après avoir empoisonné toute une troupe de théâtre en Dordogne avec des champignons vénéneux, un peu par erreur… Bénédicte assume sa sorcellerie sur les gens, dans la douceur de son ton, dans la gentillesse de son approche. On aimerait la suivre un peu partout dans ses aventures. Elle aime les gens, elle adore sa rue, elle connaît tous ses voisins et rêve de les rencontrer en passant de jardin en jardin avec des échelles par-dessus les murets qui séparent les parcelles en cœur d’îlot. Des échelles, comme un pont entre les gens pour créer du lien et apprendre à se connaître. Car la question essentielle de la Grosse Situation est « qui serons-nous à marcher ensemble » et comment faire d’individus distincts, une œuvre collective ?

Site de la Grosse Situation

Texte Caroline Cochet / Dessins Julie Blaquié / Projet « Elles Saint Jean »

  1. EXPO + ATELIER Laisser une réponse
  2. Sketchcrawl #54 in Bordeaux Laisser une réponse
  3. le puzzle de noël Laisser une réponse
  4. Désert Laisser une réponse
  5. Atelier festif Laisser une réponse
  6. Bonne année 2017 ! Laisser une réponse
  7. Noël à Bordeaux Une réponse
  8. Joyeuses fêtes colorées ! Laisser une réponse
  9. Olivia Perez Laisser une réponse